Landsgemeinde de Savièse, 6 juin 2003

La Landsgemeinde des aînés organisée le 6 juin 2003 veut ouvrir un large débat sur les préoccupations des retraités. Deux volets sont traités :

  1. Les assurances sociales et en particulier l’AVS et de son avenir,
  2. Les relations entre les générations.

A cette occasion, le « Nouvelliste et Feuille d’Avis du Valais » et le « Walliser Bote » ont publié un questionnaire destiné à alimenter la discussion de la matinée du 6 juin à Savièse. 409 personnes du Valais romand et 26 du Haut-Valais ont répondu.

Cette enquête n’a pas de valeur scientifique, elle se veut un simple sondage d’opinion sur un certain nombre de thèmes d’actualité dans les domaines de la politique suisse de la vieillesse et des relations entre les générations, avec l’objectif mentionné d’illustrer les débats et les réflexions.


Comité d’organisation

  • Organisation générale et coordination : Emile JORDAN, président, et Roger TISSIÈRES, vice-président
  • Secrétariat : Claude BERNARD
  • Finances : René CURDY
  • Invités : Bernadette ROTEN
  • Débat : Vital DARBELLAY et Bernadette ROTEN
  • Transports, repas, boissons, sécurité, salle : William BRESSOUD et Jacques PISTOLETTI
  • Animation, major de table : Franz KUONEN
  • Sponsors, dons, tombola : Roger TISSIÈRES et Denise GRANDJEAN
  • Publicité : Joseph PELLEGRINI
  • Coordination avec la commune de Savièse : Bernadette ROTEN

Programme de la journée

Dès 08h50
Accueil en fanfare : « Les Gars du Rhône », direction Bernard GIRARDET

10h10
Parole de bienvenue de Milo JORDAN

10h15/12h00
Débat dirigé par Vital DARBELLAY

12h15
Apéritif offert par la commune de Savièse, animiert von der Veteranenmusik aus dem Oberwallis, unter der Leitung von Herrn Leander ROTEN
Parole à M. André REYNARD, Président de Savièse
Bénédiction du drapeau de la fanfare « Les Gars du Rhône »
Parole à Bernadette ROTEN et à Willy GERTSCHEN
Repas
Parole à M. Jean-Paul DUROUX, Président du Grand Conseil
Parole à M. Jean-Jacques REY-BELLET, président du Gouvernement

Animation musicale l’après-midi


Appel de Savièse

Les 1’300 retraités réunis à Savièse le 6 juin 2003 s’inquiètent de l’attitude des autorités et des milieux économiques à leur égard.

Ils constatent en particulier :

  • que trop souvent on les considère essentiellement comme un facteur de coûts, sans tenir compte de ce qu’ils ont apporté et de ce qu’ils apportent encore à la société ;
  • qu’on effraie les personnes âgées et celles qui sont en train de le devenir en peignant le diable sur la muraille quant à l’avenir de l’AVS et du 2e pilier ;
  • que les milieux proposant de porter à 67, voire à 70 ans, l’âge de l’AVS se refusent à engager des travailleurs de plus de 50 ans et licencient leurs collaborateurs dès l’âge de 55 ans ;
  • qu’on laisse en marge du 2e pilier tous les petits revenus et les travailleurs à temps partiel ;
  • qu’on remet en cause la principale qualité de la LAMAL, la solidarité, en envisageant des cotisations supplémentaires dès l’âge de 50 ans.

Ils demandent instamment aux autorités :

  • d’éviter tout démantèlement des assurances sociales – AVS, AI, 2e pilier, assurance maladie, etc.
  • de maintenir l’indexation des rentes en fonction de l’indice mixte, seul capable d’assurer un certain équilibre entre les revenus des actifs et ceux des retraités ;
  • de permettre à tous les travailleurs, en particulier à ceux qui ont exercé un dur métier, de prendre une retraite anticipée dans des conditions acceptables ;
  • de favoriser, par une diminution du montant de coordination, l’accès au 2e pilier aux petits revenus qui par ailleurs disposeront d’une faible rente AVS ;
  • de refuser toute tentative d’amoindrir la solidarité dans l’assurance maladie ;
  • de promouvoir une véritable politique familiale, meilleur remède en faveur de la démographie ;
  • de considérer que la cohésion sociale a un prix, mais c’est une valeur sûre !

De leur côté, ils sont disposés :

  • à faire leur part dans le financement de l’AVS par des cotisations sur leurs salaires ainsi que sur le revenu des capitaux ;
  • à faire bénéficier la société de leur expérience et de leurs services ;
  • à s’investir dans le bénévolat tant en faveur des personnes âgées dépendantes que pour les jeunes générations ;
  • à soutenir toutes les formes de relations et d’entraide entre les jeunes et les vieux dans tous les domaines de la vie quotidienne ;
  • à apporter leur contribution pour que la cohabitation actuelle de quatre générations se développe dans la plus grande harmonie ;
  • à s’engager pour combler les lacunes relationnelles dont souffrent encore trop de collègues retraités.

Savièse, le 6 juin 2003