09Nov/20

Prof. em. Dr. Pasqualina Perrig-Chiello

Mme Pasqualina Perrig-Chiello est professeur honoraire émérite à l’Université de Berne dans le domaine de la psychologie du développement. C’est une ressource importante pour notre association car elle a beaucoup travaillé sur le développement de la durée de vie et les relations intergénérationnelles. Une large partie de ses recherches est centrée sur les seniors avec par exemple des thèmes comme les transitions dans la seconde moitié de la vie, la mobilité en relation avec l’âge, les relations familiales entre générations, les proches aidants.

Vous trouvez ici des liens vers des interviews récentes (Corona) :

28Oct/20

Transition à la tête de la FVR

La sagesse dit que la vie est une suite de transitions avec des plages variables de calme et d’effort. La Fédération valaisanne des retraités vit cet automne une transition. En effet, Jean-Pierre Salamin passe la main après 12 ans de présidence et nous tenons à lui exprimer notre immense gratitude pour l’énorme énergie offerte, pour les impulsions données, pour l’opiniâtreté qui a fait bouger les lignes et progresser les projets. Jean- Pierre Salamin est nommé Président d’honneur.

> article complet (français)

> article complet (allemand)

10Sep/20

Rapports 2020 de la Commission consultative

La Commission consultative cantonale pour le développement de la politique en faveur des personnes âgées 2018-2021 a publié une série de rapports thématiques ainsi que son Rapport final 2020, que nous partageons ici sur notre site internet :

19Mar/20

CoVid-19

Il fût un temps, pas si lointain,
On pouvait se donner la main.
Aujourd’hui ça c’est certain,
Ce ne sera pas pour demain.

Il fût un temps, pas si lointain,
On cultivait le baisemain,
Aujourd’hui ça c’est certain,
Ce ne sera pas pour demain.

Il fût un temps, pas si lointain,
Faisions la bise à son prochain,
Aujourd’hui ça c’est certain,
Ce ne sera pas pour demain.

Un grand malheur, venant de Chine,
Et bien pire que la scarlatine,
Voilà le monde qui hallucine,
Sans secours ni médecine,
Sans vaccin qui nous vaccine.

Plus de concerts et ni de foules,
Portons le masque et la cagoule,
Restons cloîtrés comme des moules,
A devenir, c’est sûr, maboules.

Soyez certains que si je tousse,
Mon cher voisin aura la frousse,
S’enfuira le feu aux trousses,
De peur que je ne l’éclabousse.

Ainsi en toutes républiques,
Soufflent des vents de paniques,
Faisant de nous des névralgiques,
Et pires scénarios pandémiques.

Ultime temps des réflexions,
Des érudits par mille millions,
Qui savent tout, pauvres bouffons,
La fin du monde, nous annonçons.

Il est vrai que notre humanité,
Par sa superbe férocité,
Pour nous priver d’éternité,
Nous sert de belles calamités.

Mais aujourd’hui plus que jamais,
La foi en l’homme, c’est mon souhait,
Pour abattre ce viral forfait,
De nos mémoires qu’il disparaît,
Et de nos vies et territoires,
Gardons unis ce fol espoir!

Pour que bientôt, après-demain,
La joie retrouvée, oui c’est certain,
A nouveau, de se tendre la main,
Et la joue pour la bise du prochain !

Raymond Huber, Bramois