Les personnes âgées souhaitent vieillir chez elles. Tandis que le nombre d’entrées dans les établissements médico-sociaux (EMS) a baissé de 4% en une année, la demande de prestations d’accompagnement à domicile a augmenté de presque 7%. Ce constat conforte la vision de Pro Senectute, la plus grande organisation spécialisée au service des personnes âgées, qui s’engage afin que tous les aînés puissent avoir accès à un soutien au quotidien.

Les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique sur la prise en charge médico-sociale en institution et à domicile en 2020 sont éloquents: les seniors veulent rester vivre aussi longtemps que possible à domicile. En raison de la pandémie, ce besoin s’est accentué en 2020. L’année passée, les EMS ont enregistré une baisse de fréquentation de 4% par rapport à 2019 (-158’433 client·e·s en 2020). Il s’agit de la baisse la plus importante depuis 2006. Au cours de la même période, la demande de prestations d’accompagnement et de soins à domicile permettant de maintenir l’autonomie a augmenté de 6,7% par rapport à 2019. «Nous savons que les personnes âgées souhaitent vieillir à domicile aussi longtemps que possible», explique Sonya Kuchen, membre de la direction de Pro Senectute Suisse. «Mais nous savons aussi que 42% des personnes âgées de plus de 62 ans ont besoin au minimum d’une prestation d’accompagnement, comme le soutien au quotidien ou le service de visite, pour être en mesure de rester chez elles de manière aussi autonome que possible», ajoute-t-elle.

L’accompagnement à domicile à prix abordable, une nécessité

Les prestations d’accompagnement sont bénéfiques pour la société comme pour les personnes concernées. En effet, de nombreuses entrées en EMS pourraient être retardées, voire évitées. Selon une étude de Pro Senectute, les besoins d’accompagnement sont moins prépondérants chez les personnes confrontées à des difficultés physiques que chez les personnes isolées. Si les coûts de l’accompagnement de ces dernières restent limités à l’échelle individuelle, ils représentent le poste le plus élevé en cumulé. Ainsi, on constate qu’un entourage disponible ou des prestations d’accompagnement avantageuses, mais ciblées, ne contribuent pas seulement à atténuer la solitude des personnes âgées, mais ont aussi, de toute évidence, un effet bénéfique sur leur santé.

Aujourd’hui, les proches, amis et voisins assurent la plus grande partie de l’accompagnement des seniors. Or, en vieillissant, ceux-ci ont besoin de davantage de soutien, et l’aide de leur entourage peut alors atteindre ses limites. Dans ce contexte, le financement des prestations d’accompagnement externes représente souvent un défi de taille, étant donné que leur coût est majoritairement pris en charge par les personnes âgées elles-mêmes sans être remboursé par les caisses-maladie. «Beaucoup de personnes ne peuvent pas se le permettre. Pro Senectute s’engage afin de trouver des solutions politiques pour que les prestations d’accompagnement soient en partie cofinancées et deviennent accessibles à toutes les personnes âgées», souligne Sonya Kuchen.